Catherine Imbert,

pianiste

Accueil Extraits Album Articles Contact
et parcours musicaux de presse xxxxxx xxxxxx
                                                                                             
                                                                                           

                                                                                           

 

Piano en Valois

 

(Paru dans La Lettre du Musicien, 229, novembre 1999, p. 31.)

http://www.la-lettre-du-musicien.com/)

 

Choc musical à Fléac à l'écoute du pianiste - hélas, si peu entendu - Alberto Neuman. Dans un programme très atypique, en commençant par Chopin, puis Bach et en terminant sur un éventail de tangos et de milongas, il nous fit prendre la route que son maître, Arturo Benedetti Michelangeli, lui suggéra: « Je vous donne une base. Ma déontologie est de vous ouvrir une porte. A vous de parcourir ensuite le chemin. » Alberto Neuman non seulement respecte la partition, mais il l'inspecte, la réinvente, semble la réécrire devant nous, note après note, tenant compte de leur logique intervallaire ; il balaie d'un geste quasi électrique toute vibration trop prolongée, il sculpte l'espace et modèle, au burin, au pinceau, ses plans sonores qui surgissent dans une totale surprise. Extenseurs, fléchisseurs, chaque doigt a son mot à dire, sa caresse définie, son intervention précise, hautement calculée, puissamment désirée, mais dans une rigueur tellement maîtrisée que la musique devient libre, souple, belle, envoûtante. Le public est fasciné. Dans les chorals-préludes de Bach, dans la Cantate 147 transcrite par lui-même, Alberto Neuman prie avec rébellion, non avec recueillement. C'est un révolté, il prend le risque de s'indigner au point que la beauté devient violente et sauvage, authentique. Son approche est éloquente, sa réserve, ses silences aussi. Rappelons les mots qu'Astor Piazzolla dit à ce pianiste, à Paris, dans les années 70, à propos de son interprétation de la Trilogie de l'Ange: « Vous avez fait de la Résurrection de l'Ange un classique. »

Espérons retrouver très vite Alberto Neuman. Qu'il continue de réveiller les cœurs au point de les réjouir, comme il le fit à Fléac, dans sa version remarquable de "Réjouissez-vous, chrétiens bien-aimés". Horowitz, au sommet dans ce choral-prélude, en aurait pâli.

Alberto Neuman est un pianiste hors pair, un homme de théâtre, d'humour et d'amour qui confie à ses admirateurs, dans les coulisses: « Comme le prônait Démosthène, il y a trois règles: 1. Déclamez. 2. Déclamez. 3. Déclamez. » (le 7 octobre)

Catherine Imbert

 

_______

D'origine argentine, Alberto Neuman est professeur de lecture à vue au Conservatoire supérieur-CNR de Paris. Prochaines prestations: le 16 novembre à 18 h, dans le cadre de "Mardissimo'' dans la salle du Conservatoire de musique et de danse d'Angoulême, conférence sur "La musique combinatoire de Kirnberger à Mozart". Tél. : 05 45 95 21 69 ; le 27 février à 17 h, récital à la salle des fêtes de Gond-Pontouvre. Tél. mairie: 05 45 68 72 40.

La Lettre du Musicien, 14 rue Violet, 75015  Paris, France

avec l'aimable autorisation de Denise Marinier

http://www.la-lettre-du-musicien.com/

 

(c) Catherine Imbert (pour le texte seulement)